bandeau logo site web ravenman

book

illustration

logo

entreprise

institutionnel

tourisme

sport

culture

jeunesse

santé

faire-part

webdesign

et + encore !

humour

quoi d'neuf?

boutique

références

recherche MECENE

newsletter

fond d'écran

bio

perso

liens

contact

accueil



 

Invitation au voyage
Cette rubrique, enfin alimentée, est destinée à vous ouvrir mon cœur.
Et en parallèle à tenter d'élargir notre regard, ou tout du moins donner des pistes de réflexions à celles et ceux qui l’accepteront. Pour voir plus large et plus profondément, et non de plus haut, ce qui serait d’une extrême prétention.

C’est une démarche périlleuse, non sans risques, qui pourra déplaire ou en déconcerter certain(e)s, en amener d’autres à se détourner de moi, à me juger même, et me coller une étiquette. Ce sera leur choix. Mais là n’est pas l’important.
L’urgence, car urgence il y a, se situe autre part.

Nous vivons à une époque où le temps s’accélère et où les événements, qu’ils soient d’ordre social, sanitaire ou environnemental, ont dépassés largement pour bon nombre d’entre eux le seuil de l’acceptable. La micropuce RFID, la désinformation planétaire (9/11 WTC en tête), les virus H5N1 et H1N1, les bains et les armes à ondes, le nucléaire - le drame japonais de Fukushima en mars 2011 en tête - et les déchets radioactifs, la fonte des glaciers et le problème de l’eau…Admirer Gaïa sur Google Earth pour se rendre compte de notre fragilité et de notre taille réelle.
Aldous Huxley et son « Meilleur des Mondes », Orwell et son « 1984 », « Fahrenheit 451 » de Bradbury… ne sont plus de la science fiction. Nous sommes en plein dedans !
Et c’est pour cela que la situation est gravissime.
Je ne vais pas ici remplacer des femmes et des hommes qui ont les compétences et les qualités requises pour évoquer ces problèmes, ni m’ériger en moralisateur ou donneur de leçons.

Je souhaite juste apporter ma pierre (logique pour un mec qui s’appelle Rocher, non ?), avec mes moyens propres, à cette lutte pour notre survie, car c’est de cela qu’il s’agit. Comme je l’ai écrit dans notre carte de vœux annuelle 2005, « devenir meilleur pour rendre le monde meilleur ».
La tâche est monumentale. C’est une véritable quête, au sens noble du terme.
Des changements majeurs dans nos sociétés vont s’opérer, c’est inévitable, car il y a des choses, rien qu’au niveau écologique et climatique, que l’on ne peut plus enrayer. Les conséquences seront (sont déjà ?) terribles et, pour certaines d’entre-elles, elles ne sont même pas quantifiables.
Que faire alors ?

J’ai pris conscience en fait de pas mal de choses, en 2000, suite à mon divorce.
Qu’il n’y a nul hasard dans nos vies. Que nous sommes aidés, même si nous ne voyons ni n’entendons celles et ceux qui nous aident, que rien n’est impossible pour ceux qui ont la Foi (en eux, en leurs possibilités, et en d’autres choses…), que nous avons tous une ou plusieurs missions à remplir lors de notre passage dans ce monde, que « chaque action, même la plus anodine, peut avoir à long terme des conséquences colossales (= l’effet papillon) ».

De rencontres en lectures, de choses vécues en projets, à une cadence presque effrénée, ces dernières années ont été révélatrices de qui je pense être vraiment, de ce que je souhaite faire réellement, que ce soit professionnellement ou dans le domaine privé - le lancement de mon activité de graphiste et illustrateur indépendant s’inscrit pleinement dans le but de s’extraire d’un certain mode de fonctionnement, d’une certaine matrice -, des voies et des chemins que je désire emprunter, de l’enseignement et des valeurs que nous souhaitons inculquer avec ma femme à nos enfants, du monde dans lequel nous voulons exister, et du sens de notre vie …
Je m’efforce par exemple, chaque jour que Dieu fait, d’effectuer au moins une bonne action, un geste qui compte au plan humain ou respectueux de la Nature. Même minime. Ce sera là un simple sourire, un coup de téléphone, un courrier ou un e-mail pour s’enquérir de nouvelles d’un(e) ami(e), une poignée de main, une parole, ici un baiser, une pensée, un câlin à mes gamins, une bouteille vide en plastique ramassée sur le bord d’un chemin, ou encore l’économie de l’Eau, si vitale…
Dans mon boulot, je dessine et maquette des trucs colorés, humoristiques (tout du moins, j’essaie qu’il le soient…), pour faire sourire, détendre, et contrecarrer à ma façon toute l’énergie négative/le Côté obscur qui nous entoure.
Certains pourront sourire, mais c’est bien de cela qu’il s’agit, et là encore, Georges Lucas et la saga Star Wars, ou encore Tolkien et son Seigneur des Anneaux, ce n’est pas que du cinéma. Ils portent tous des messages forts…

Plus que toute autre chose, je souhaite ardemment que nous et nos descendants puissions accéder à un futur viable et humain sur cette planète nommée Gaïa, cette Terre dont nous ne sommes que locataires.
Nous avons le pouvoir en nous pour y parvenir. A nous de nous en servir. Et à chacun de choisir la manière : l’action et/ou la prière.
Mais c’est maintenant, et pas demain !
Le taux vibratoire de notre petite planète décroît (très) dangereusement et (trop) rapidement.

Je ne veux pas d'une société vers laquelle on se dirige et où trop de gens ont déjà largement mis les pieds, sans même s'en rendre compte ou parce qu'il se déresponsabilisent un maximum.
Ce qui se passe est beaucoup trop grave.
Il y a d'autres alternatives possibles, mais qui entraînent des choix difficiles, douloureux, des remises en question profondes et la volonté de sortir de ce doux cocon où " Je vais bien/tout va bien ".
Via l’art, la culture, le sport, l'humour, la sincérité, l’authenticité, on peut en faire passer des choses...

Par contre, pour y arriver, un travail sur soi quotidien et permanent est nécessaire, indispensable, ardu, parfois générateur d’isolement ou de séparation d’avec d’autres, et toujours plein d’interrogations et d’imperfections. Mais quelle richesse intérieure !
J’en profite pour remercier ici toutes les personnes qui me guident et qui m’aident dans cette recherche personnelle, en particulier Eric C. qui se reconnaîtra :-)
Je clame enfin à nouveau tout mon amour aux 3 êtres de Lumière que sont ma femme et mes 3 garçons.

J’arrête là cette intro’… à rallonges, mais on ne se refait pas. Le Raven’ est bavard, et bavard il restera ;-)
Bonnes lectures, bonnes recherches…. Et passez à vos voisin(e)s !
Comme l’écrit Jean-Pierre Petit : « Apprenez à penser par vous-même. Si vous ne le faites pas, d'autres le feront pour vous ».
Portez-vous bien !

Ravenman,
grave et allumé (ça, c’est de notoriété publique ;-), mais ni « sect’embrigadé » ni « gourou-ifié », juste un simple citoyen du monde sensible et soucieux de notre avenir.

PS : ci-après (+ web lien), une chanson d’Henry John Deutschendorf/John Denver. C’est en anglais, mais je suis un piètre traducteur, et ces textes ne méritent pas d’être déformés. Désolé…
Raven’s Child, ça ne s’invente pas… ;-)

RAVEN’S CHILD (Words and music by John Denver and Joe Henry/1992)
Raven’s child
Is chasing salvation
Black beak turned white
From the crack and the snow
On the streets of despair
The answer is simple
A spoonful of mercy
Can set free the soul

The drug king sits
On his arrogant throne
Away and above and apart
Even children
Are twisted to serve him
And greed has corrupted
What once was a heart

Raven’s child
Keeps vigil for freedom
Trades for the arms
That once made her strong
With nuclear warheads
And lasers in heaven
fear does the choosing
Between right and wrong

The arms king sits
On his arrogant throne
Away and above and apart
Bankers assure him
That he needn’t care
And greed makes a stone of
What once was a heart

Raven’s child
Is washing the water
All of her wing-feathers
Blackened with tar
Prince William shoreline’s
An unwanted highway
Of asphalt and anger
An elegant scar

The oil king sits
On his arrogant throne
Away and above and apart
Lawyers have warned him
He mustn’t speak
And greed has made silent
What once was a heart

You know there are walls
That come tumbling down
For people who yearn to be free
Still there are hearts
That long to be opened
And eyes that are longing to see

Raven’s child is our constant companion
Sticks like a shadow
To all that is done
Try as we may
We just can’t escape him
The source of our sorrow and shame
We are one

The true King sits
On a heavenly throne
Never away nor above nor apart
With wisdom and mercy
And constant compassion
He lives in the love
That lives in our hearts

lien: http://www.youtube.com/watch?v=YlG2-G51SMY